Histoire de laitues

La Maison des Semences Paysannes du Gard Cévennes a accueilli cet été les rencontres du groupe potagères du RSP sur la ferme des Buissières à St Brès. La ferme existe depuis 20 ans, en agroécologie paysanne, sous mention Nature et Progrès. Au sein de ses activités de polyculture élevage, une parcelle en particulier est dédiée à la semence potagère. Un collectif de maraîchers et paysans y produit une dizaine d'espèces, avec différents objectifs : adaptabilité de variétés paysannes, sélections et production de semences, test et préservation de variétés locales. La rencontre était centrée sur les espèces du genre Lactuca (laitues)

Les semences « interdites » ?

L’actualité récente est marquée par des ouvertures en termes de commercialisation des semences, ouvertures largement saluées comme des avancées que ce soit pour les semences biologiques ou pour le droit de commercialiser des semences de variétés non inscrites au Catalogue officiel à des amateurs, sujet dont il sera question dans cet article. Si, par certains aspects, ces dispositions peuvent être intéressantes, il convient de les replacer dans un contexte plus global d'extension du marché, de développement de la « bioéconomie » (1) et de gestion par les normes.

Réhabilitons les métiers de l’herboristerie

Ce 26 septembre 2018 sont rendues publiques les recommandations de la mission d’information du Sénat sur le développement de l’herboristerie et des plantes médicinales, animée par Joël Labbé, Sénateur écologiste du Morbihan. Quelles qu'en soient les conclusions, nous remercions vivement les sénatrices et sénateurs d’avoir rouvert ce dossier qui porte un immense espoir. Car depuis près de quatre-vingts ans, l’herboristerie peine à exister en France.

Blés paysans, le jeu de la sélection


 En Île-de-France, c'est Agrof'Île qui est membre du RSP. Dans le cadre de son action globale visant à promouvoir l'agroforesterie, cette association accompagne les paysans d'Île-de-France qui souhaitent remettre en culture des variétés anciennes de blé tendre, et commencer une démarche de sélection pour mieux adapter les plantes aux terroirs dans une démarche agroécologique globale. Ce projet a pour objectif de fournir aux consom'acteurs franciliens du pain et de la farine issue de semences paysannes, à haute valeur nutritive et gustative et aux glutens plus digestes.

Quand les semences biologiques deviennent du matériel…

A partir de 2021, les dispositions du nouveau règlement européen bio (dont dépend le label AB), en particulier celles permettant la commercialisation de matériel de reproduction de « matériel hétérogène biologique » pourraient élargir l’offre à des semences moins standardisées, plus hétérogènes. Une bonne nouvelle pour les semences paysannes et la bio ? L'avenir nous le dira mais en l'état ce nouveau texte ouvre surtout la porte aux OGM en n'interdisant pas explicitement les nouvelles biotechnologies.