Promouvoir les variétés locales : un exemple andalous

Écrit par de Guibert
Catégorie :

Les semences paysannes se développent, dans les champs et dans les assiettes, grâce notamment aux collectifs locaux moteurs pour diffuser ces semences et les produits qui en sont issus. Chez nos voisins espagnols, le réseau Andalous « Red Andaluza de Semillas » oeuvre à promouvoir des systèmes alimentaires soutenables et durables au travers des variétés locales.

Un travail de deux ans a été réalisé pour faire un état des lieux des pratiques de production, commercialisation et consommation de variétés locales, auprès des producteurs, consommateurs et magasins, dans le cadre d'un système alimentaire durable, local et agroécologique. Des leviers tels que des dégustations, des réunions d'information et la création d'un distinctif ont été mobilisés pour mettre en lumière les variétés locales. En transmettant des informations sur leurs intérêts agronomiques et nutritionnels, et en mettant en place un distinctif, le projet «Promoviendo los sistemas alimentarios sostenibles de Andalucía a través de las variedades locales de cultivo » a travaillé à dynamiser l'accès et la consommation des produits issus de variétés locales.

 

Le Réseau Semences Paysannes et l'association Bio Loire Océan (BLO), en partenariat avec le Réseau Andalous, travaillent aussi à promouvoir les semences paysannes. BLO, est une association regroupant une cinquantaine de fermes en fruits et légumes biologiques, sur la région des Pays de la Loire. L’association coordonne depuis de nombreuses années un programme de sélection variétale autour des semences paysannes. De nouvelles variétés sont recherchées, pour répondre à différents besoins selon les espèces (autres créneaux de production, diversité de formes et de couleurs, alternative aux variétés hybrides…). Ces graines proviennent de différentes sources (conservatoire, ressources génétiques, réseau de conservation amateur, semenciers artisanaux…) et sont remises en culture par les producteurs expérimentateurs. Le marché de la semence biologique pour la filière légumes est restreint et les variétés proposées, majoritairement hybrides, sont peu adaptées au terroir et peu diversifiées. Suite à ce constat, des maraîchers regroupés au sein de Bio Loire Océan participent, depuis plus de 10 ans aujourd'hui, à un programme de sélection variétale. Dans ce programme porté par l’association espagnole Red Andaluza de Semillas, Bio Loire Océan participe à la promotion en France des variétés paysannes locales de légumes, à travers plusieurs actions de communication auprès des consommateurs. L'une d'entre elles consiste à accompagner les légumes issus de semences locales d'un flyer à destination des magasins, AMAPs et consommateurs documentant la variété locale et l'histoire de sa sélection.

aubergine 1

aubergine 2

 

Le Réseau Semences Paysannes continue ses actions de promotion des semences paysannes comme des communs. En menant diverses actions (campagnes de sensibilisation nationales aux semences paysannes, ateliers de réflexion lors de rencontres, échanges de pratiques et de savoir-faire), le RSP promeut une gestion collective des semences paysannes (et des savoirs et savoir-faire associés!) en local, par des groupes de paysans et praticiens se dotant eux-mêmes de leurs propres règles d'usage. Les membres du réseau commercialisent majoritairement en circuit-court et vente directe. L'interconnaissance paysan/mangeur permet de mettre en avant le travail des paysans avec les semences paysannes et les qualités de leur produit. L’ambition est que les semences paysannes soient l’affaire de tous.es et gérées collectivement à un niveau territorial. En parallèle RSP répertorie et met en réseau différentes initiatives de filière territorialisée portées par ses membres. Ces filières sont une piste pour gérer collectivement, en local, la répartition de la valeur ajoutée des produits issus de semences paysannes.

Le défi des années à venir sera double : continuer le travail d'appui aux praticiens des semences paysannes pour qu'elles soient de plus en plus cultivées et que les produits qui en sont issus puissent être plus présents sur les étals ; veiller à ce que ces produits ne deviennent pas des aliments de niche, accessibles uniquement par les mangeurs les plus aisés, et enrichissant des intérêts privés s'appropriant un travail collectif de longue haleine.

Plus d'informations sur la page de la Red Andaluza de Semillas ici, et la page du projet, financé par la fondation Daniel et Nina Carrasso, ici.