semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Les actualités > Revue de Presse > Prenons-en de la graine…
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Prenons-en de la graine…

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Dernières actualités sur ce thème
7/10/17 : Des semences paysannes au lycée de Gignac
[lire]
14/9/17 : Associations et chercheurs interpellent Nicolas Hulot sur les « nouveaux OGM »
[lire]
21/7/17 : Mange, c'est du breveté
[lire]
autres actualités
2/10/17 : Nouveaux OGM : la décision des juges de la Cour de justice de l’Union européenne serait-elle déjà court-circuitée ?
[lire]
28/9/17 : Mobilisation contre les nouveaux OGM Remise d’une pétition de plus de 110 000 signatures au ministre Nicolas Hulot
[lire]
26/9/17 : Le « marché interdit », nouveau marché de dupes ?
[lire]

5 oct 2015

La Dépêche.fr

Une séance de battage pas comme les autres, il s'agit là de recueillir les graines pour les replanter./Photo ferme Campagnolle

À l'appel du Réseau Semences paysannes, la ferme Campagnolle, à Laloubère, s'est investie dans une opération de sauvegarde et de conservation d'anciennes variétés de blé. Une démarche paradoxalement très moderne…

C'est en 2010 que le Réseau Semences paysannes a débuté son œuvre dans les Hautes-Pyrénées, en distribuant à quelques agriculteurs et jardiniers volontaires (qui cultivent 1 ou 2 m2 dans leur jardin), des sachets de graines anciennes. «L'idée ne suit pas une logique de marché», assure Sylvie Ferrer (Attac 65), qui pilote l'opération menée par un collectif d'associations (GAB 65, Terres en vie, FNE65, MNE65, Générations futures), «mais de continuer à faire vivre ces semences, afin de les préserver et de les sauvegarder. L'Inra le fait, mais dans des congélateurs, nous, on le fait en vrai.»

Et l'idée de départ a bien germé, puisqu'aujourd'hui, une trentaine de jardiniers volontaires assurent la «survie» de ces variétés. Et ils se sont tous retrouvés, hier, à la ferme Campagnolle de Laloubère. Pas tout à fait un hasard (même si l'opération est née à la Maison de la nature et de l'environnement de Puydarrieux), puisque Christine et Denis Vignes, les maîtres des lieux, se définissent comme des boulangers paysans, à savoir qu'ils fabriquent du pain à partir de leur propre récolte de blé. Souvent des variétés anciennes, d'ailleurs, comme par hasard… «C'est vrai, qu'au début, on a commencé avec des graines fournies par le Réseau Semences paysannes», reconnaît Denis, «c'était un choix, une volonté. Non pas pour faire du «à l'ancienne», ou de l'authentique à tous crins, mais parce que nous considérons que certaines variétés ont un véritable intérêt gustatif d'abord, mais aussi nutritif, notamment pour les intolérances au gluten, qui se développent. Nos pains sont plus digestes, parce que les glutens sont différents. Et puis, ces variétés anciennes peuvent répondre à un autre défi, celui du climat, car elles s'adaptent mieux au terrain, ont moins besoin d'eau et de produits azotés. Il est donc important de garder ces graines «en vie», c'est la seule façon de les conserver de manière pérenne.» Bref, une œuvre scientifique, en quelque sorte…

Hier matin, donc, les jardiniers volontaires sont venus porter leurs gerbes de blé, qui ont été battues afin d'en recueillir les précieuses graines. «On fait ça avec de vieilles machines de battage que l'on a bricolées pour qu'elles fonctionnent encore.» C'est le seul moyen, les machines modernes ne protègent pas assez les grains et surtout, ne permettent pas un tri assez fin entre les variétés. Parce qu'au bout du bout, l'idée, c'est de redistribuer des grains de blé pour qu'ils soient à nouveau replantés et qu'ils continuent donc à vivre naturellement. A se reproduire, à se pérenniser. Ainsi, chaque jardinier volontaire est reparti avec un nouveau sachet de graines, différentes de celles plantées initialement. Pour assurer la diversité des variétés et faire un pied de nez à des gens comme Monsanto. Comme dirait l'autre, ça mange pas de pain…

Vous voulez en être ?

Marre de ne pas savoir ce que vous mangez, envie de faire partie de la rébellion, comme dans «Star Wars», et de participer à cette action ? Rien de plus simple, vous pouvez vous renseigner directement à la ferme Campagnolle, ou sur le site semencespaysannes.org, très complet, et surtout très instructif sur le «formatage» imposé par les industriels de l'agroalimentaire, qui veulent des produits homogènes. Trop ?

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes