semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Pages des membres > ARDEAR Rhône-Alpes > Nos actualités > On ne sais pas faire tomber la pluie... mais...
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

On ne sais pas faire tomber la pluie... mais...

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

 

La sécheresse de ces dernières semaines – d’une ampleur plus vue depuis des décennies – pose une fois de plus la question d’un dérèglement climatique à long terme, notamment issu de l’action humaine, et des moyens d’y faire face dans l’agriculture.

À un niveau global, de nombreuses personnes (même Norman Borlaug, père de la « révolution verte », partage ce constat) s’accordent désormais sur la nécessité de préserver – et de cultiver – une grande diversité de plantes, qui constituent alors un large potentiel d’adaptation possible à toute éventualité climatique et agronomique. C’est ce que nous faisons, avec d’autres, ici et partout dans le monde, en maintenant des populations végétales vivantes sur les fermes.
Ensuite, au niveau des fermes, cultiver des mélanges et une diversité de populations permet d’avoir des cultures dynamiques, qui évoluent et s’adaptent d’année en année. Ainsi, quand une variété souffrira de la chaleur, ou au contraire de la pluie, ou versera, une autre se tiendra peut-être mieux dans ce contexte. Contrairement à des variétés standardisées qui pourraient être très performantes, mais seulement en conditions optimales (où l’on va ainsi créer ces conditions optimales à grand renfort de béquilles chimiques), on obtient alors avec ces populations diversifiées au fil du temps une régularité qui peut permettre de mieux supporter des conditions difficiles.
Enfin, au niveau des solutions d’urgence et de substitution, des blés de 1,50m à 1,80m, ce n’est certes toujours pas du foin, mais c’est quand même un peu plus de paille qu’avec des blés de 60cm…
Parallèlement à la sécheresse, c’est la menace d’une nouvelle pandémie mondiale qui a fait la une de l’actualité agricole, autour de la bactérie « E.coli » et de ses différentes souches. Entre accusation des légumes bio et vent de panique, on en oublie presque de s’interroger sur ce que des bactéries mutantes de plus en plus résistantes aux antibiotiques nous posent comme réelles questions sanitaires sur la production agricole : quelles orientations de l’agriculture changent des incidents sanitaires en pandémie ? quelle possibilité d’action existe à notre échelle –notamment dans les choix de gestion et d’évolution des troupeaux et des cultures– pour faire face à des problèmes sanitaires ? Là aussi, face au paradigme de la pureté et des standards, privilégier des troupeaux et des cultures diversifiés, élever et cultiver des mélanges, permet de s’adapter à des conditions singulières de milieu, de production, de façons de travailler. Cela permet d’envisager – plutôt qu’une supposée éradication des organismes jugés non conformes – une régularité dans son activité, en prenant en compte que l’on travaille avec du vivant.


Faire ce choix de la diversité et de l’adaptation, plutôt que celui de la standardisation, passe par la reconquête de l’ensemble de l’activité agricole et des connaissances liées, en privilégiant des fermes autonomes et encrées dans des réalités locales. Dès lors, on ne sais toujours pas faire tomber la pluie, ni maîtriser les mutations des bactéries, mais on peut se sentir un peu plus maître de ses choix pour esquisser des solutions, et un peu plus ensemble pour faire face aux difficultés.

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes