semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Les actualités > Communiqués de presse > La Commission européenne veut continuer à éradiquer la biodiversité cultivée
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

La Commission européenne veut continuer à éradiquer la biodiversité cultivée

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Dernières actualités sur ce thème
20/4/16 : En France et en Europe : mobilisation de masse contre un brevet sur les traits natifs de tomates. - De la nécessité d'une action politique pour faire évoluer la réglementation -
[lire]
15/12/15 : Patents on life: Stop stealing native seeds and farm animals!
[lire]
15/12/15 : Brevet sur le vivant : non au vol des semences natives et des animaux de ferme !
[lire]
autres actualités
22/11/16 : La guerre des graines au cinéma du confluent
[lire]
11/11/16 : Des semences libres pour délivrer les paysans des géants agro-industriels
[lire]
12/10/16 : Nouveaux OGM, épisode d’un débat manipulé
[lire]

17 déc 2014

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Commission européenne veut continuer à éradiquer la biodiversité cultivée.

Aiguillon le 16 Décembre 2014.

La Commission européenne a annoncé ce jour aux parlementaires européens sa décision d'abandonner la réforme des règles de « commercialisation des semences ». Elle referme ainsi les quelques ouvertures proposées par son prédécesseur pour tenter d'enrayer l'effroyable érosion actuelle de la biodiversité cultivée. Le droit des agriculteurs d'échanger leurs semences, le droit des petites entreprises de moins de 2 million d'€ de chiffre d'affaire de commercialiser toute la diversité disponible sans obligation d'enregistrement au catalogue, ou encore l'ouverture du catalogue à moins de standardisation des semences et donc de notre nourriture, sont renvoyés aux oubliettes.

Le Réseau Semences Paysannes espère que le gouvernement français n'en profitera pas pour remettre en cause les perspectives ouvertes par les Lois Grenelle pour les variétés « populations » et par la Loi d'Avenir Agricole pour les échanges de semences entre agriculteurs, perspectives malheureusement encore non appliquées. Il s'opposera fermement à toute tentative de retour des contrôleurs de l'interprofession de l'industrie semencière qui pourchassent les paysans, les jardiniers et les petites entreprises semencières qui continuent de cultiver et de diffuser la biodiversité .

En l'absence de nouveau règlement, les Accords de Libre Échange actuellement négociés avec la Canada (CETA) et les États-Unis (TAFTA) risquent d'obliger l'Union Européenne à s'aligner sur la dérèglementation libérale qui a permis dans ces pays aux brevets de deux ou trois multinationales semencières de s'emparer de plus de 90 % des semences agricoles cultivées.C'est pourquoi le Réseau Semences Paysannes s'associe pleinement aux nombreuses mobilisations de la société civile qui visent à empêcher la signature de ces accords et fera tout pour obtenir des lois semencières qui protègent les droits des agriculteurs et la biodiversité cultivée.

 

Contacts:

Philippe Catinaud, Co-Président, Réseau Semences Paysannes : 06 37 80 97 66

Guy Kastler, Délégué général, Réseau Semences Paysannes : +33 (0) 6 03 94 57 21

 

Pour télécharger ce communiqué de presse en PDF cliquez ici .

"Download the PR in English "

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes