semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Bulletins de liaison > Bulletin de liaison n° 28-29
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Bulletin de liaison n° 28-29 - mars 2008

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Téléchargement
Archives
Communiqué de presse
02/12/2009
Semences de ferme
La Confédération paysanne partage le constat du GNIS : «la majorité des français souhaite que les agriculteurs puissent ressemer gratuitement une partie de leur récolte et cultiver la biodiversité»
04/06/2009
Biodiversité
CARTHAGE : UNE DERNIÈRE CHANCE POUR LE TRAITÉ DE LA FAO SUR LES SEMENCES ?
04/06/2009
Droits des agriculteurs
Déclaration de Via Campesina sur les semences
Actualité
Réglementation européenne
www.challengeforeurope.eu : le blog d'une société civile qui exige mieux de l'Europe
Biodiversité
Un nouveau site sur le droits des agriculteurs et les semences
par Nicolas Supiot,
Président du Réseau Semences Paysannes

L'actualité sur les semences est particulièrement marquante en ce début d'année. Alors que le parlement français a ratifié au printemps 2007 un traité international destiné à sauvegarder la biodiversité en reconnaissant les droits des paysans de conserver, utiliser, échanger et vendre des semences de ferme, la justice française condamne Kokopelli, un des pionniers de la diffusion des variétés anciennes et de la défense de la biodiversité cultivée en France... On peut sincèrement s'inquiéter de voir la justice française soutenir des intérêts privés au mépris des engagements du parlement à sauvegarder la biodiversité cultivée et les droits des paysans qui la maintiennent.

Quelques semaines plus tard, le 25 février, «L'Arche de Noé végétale» est inaugurée à grand renfort de communication médiatique : dans un des lieux les plus reculés du monde, à Svalbard, en Norvège, sont enterrés les plus beaux trésors que la terre et nos ancêtres ont légué à l’humanité et à nos enfants : les semences de toutes les plantes cultivées. Peut-on accepter ce geste qui, dans le contexte actuel, ressemble à accepter la disparition de la biodiversité cultivée et des droits des paysans plutôt qu'à garantir une réserve supplémentaire en cas de problème : les graines, conservées au froid, n'ont plus la possibilité d'évoluer en même temps que notre environnement climatique, économique, agri-culturel, et perdent un jour leur faculté germinative... La seule vraie conservation se fait dans les champs des paysans et des jardiniers et ceci doivent avant tout avoir accès et pouvoir maintenir vivante cette biodiversité ! Que ces fortunes privées championnes des brevets (Fondation Bill et Milinda Gates, La Fondation Rockefeller, Dupont/Pioneer, Syngenta AG, la Fondation Syngenta et la Fédération Internationale des Semences) se consacre à cette conservation qui ne peut être au mieux qu'une copie de sécurité a de quoi inquiéter...

Les prochains mois seront particulièrement déterminants pour les droits des agriculteurs :le parlement français analysera la loi sur les obtentions végétales qui remet clairement en cause le droit des agriculteurs à ressemer leur récolte, l'Union européenne révisera l'ensemble des réglementations semences. Au niveau mondial, la prochaine réunion du traité international sur les ressources phytogénétiques devra faire des propositions pour la mise en oeuvre des droits des agriculteurs. C'est pourquoi nous vous proposons cette fois-ci un double numéro de notre bulletin de liaison, avec une analyse approfondie du paysage semencier européen.

Et pour faire face à ces enjeux qui nous paraissent parfois insurmontables, un seul mot d'ordre enthousiaste et efficace : semons, conservons, échangeons, renouvelons nos variétés paysannes !

Dossier

Deux évènements récents sont révélateurs de l’accélération du bouleversement du paysage semencier français et mondial, et de l’agenda qui en découle : d’une part, les conclusions de la mise en scène de la négociation environnementale française, appelée « Grenelle de l’environnement »1, qui a aboutit à l’interdiction de la culture du dernier OGM autorisé à la culture et à une dotation de 45 millions d’€ pour les recherches en biotechnologie, et d’autre part la réunion du comité directeur du TIRPAA2 à Rome fin octobre, au moment où l’Europe se prépare à remettre à plat l’ensemble de ses règlements semences dans le cadre d’un processus de simplification appelé « Better Régulation » et où la France souhaite profiter de sa future présidence de l'Union Européenne pour organiser un « sommet européen du gène »

Brèves/ actualités

Salon de l'agriculture : distribution de semences interdites sur le stand du GNIS | Participez à l'AlterTour de la Biodiversité Cultivée pour une Planète Non-dopée, du 4 au 27 juillet 2008 | Semer l’avenir : une initiative suisse originale contre les OGM | Mali : un film documentaire sur le jury citoyen sur les OGM | A paraître : Les fruits retrouvés, patrimoine de demain
informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes