semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Bulletins de liaison > Bulletin de liaison n° 42 > Brèves/ actualités
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Brèves/ actualités

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Téléchargement
Archives
Communiqué de presse
26/09/2011
Droits des agriculteurs
Campagne pour une loi de reconnaissance positive des droits des agriculteurs par la libération des semences paysannes et fermières

Léonardo Partenariats « Columelle » : un programme pour échanger pratiques et savoirs
Le programme européen Léonardo (août 2010-2012) a pour objectif de mutualiser au niveau européen les dispositifs de formation et les ressources techniques existant sur la gestion et la valorisation de la biodiversité cultivée, de partager les innovations techniques et socio-économiques au travers d'un inventaire des ressources existantes, d'organiser des voyages d'étude et d'ateliers dans chacun des 7 pays partenaires. Coordonnés par le RSP, le Centre de Formation Professionnelle Inéopole de Brens (France), Rete Semi Rurali et l'Association Italienne pour l'Agriculture Biologique en Italie, Saatgutforschung en Allemagne, Red de Semillas en Espagne et ESSRG en Hongrie sont partenaires de ce programme. 4 thématiques (fruits, céréales, potagères, réglementation) ont été choisies et un certain nombre de voyages et de rencontres fertiles ont déjà eu lieu entre paysans, animateurs, chercheurs, formateurs, juristes... Si vous voulez vous aussi participer à ces rencontres et obtenir le planning complet ou pour tout renseignement, contactez Magali

Adaptation aux changements climatiques : la meilleure voie reste la sélection paysanne
Plusieurs articles récents* en apportent des preuves scientifiques. L'Institut de Recherche pour le développement (IRD) a en effet réalisé plusieurs études sur l'adaptation du mil (pearl millet) en comparant notamment les évolutions génétiques de 196 « populations » paysannes de mil prélevées dans 79 villages du Niger, en plein sahel, en 1976 et en 2003. Lors de cette période, la sécheresse a été beaucoup plus sévère que la période des 25 années précédentes avec une saison des pluies raccourcie. Les résultats montrent que les « populations » ont pu évoluer, grâce à leur grande diversité génétique, sous l'effet du stress climatique et de la sélection paysanne. Les « populations » de 2003 se révèlent significativement plus précoces, un caractère essentiel pour l'adaptation à des saisons humides plus courtes. L'étude constate également qu'en cultivant les populations de 1976, conservées ex-situ, en 2003, la précocité évolue beaucoup moins que lorsque les « populations » ont été cultivées tous les ans sur les fermes. Certaines « populations » tardives se sont raréfiées dans les zones les plus sèches. Les conclusions sont particulièrement éloquentes : l'adaptation des « populations » locales serait une réponse plus efficace que l'introduction de nouvelles variétés, et ceci probablement en raison de la très forte diversité génétique intra-variétale du mil. Ce ne sont donc pas les OGM qui permettront d'adapter les plantes aux changements climatiques, la preuve en est donnée dans une région où ces changements ont déjà des effets très marqués.

  • Selection for Earlier Flowering Crop Associated with Climatic Variations in the Sahel, Yves Vigouroux et al, PLoS ONE May 2011 | Volume 6 | Issue 5 | e19563
  • Genetic basis of pearl millet adaptation along an environmental gradient investigated by a combination of genome scan and association mapping, Cédric Mariac et al. Molecular Ecology (2011) 20, 80–91
 

Semences paysannes et résistance à la sécheresse


2011, année de sécheresse, oblige à remettre en question nos pratiques culturales, et plus particulièrement la question de l'adaptabilité de nos semences à nos terres, et aux conditions climatiques évolutives et de plus en plus imprévisibles. Ainsi la sélection de variétés aux champs, participative ou non, peut apporter quelques éléments de réponses.

Depuis 2001, le réseau Bio d’Aquitaine coordonne le programme régional « l’Aquitaine cultive la biodiversité ». Un objectif de ce programme est la sélection participative de variétés paysannes reproductibles adaptées à une agriculture écologique et économe ainsi que la réappropriation par les agriculteurs des savoir-faire en production et sélection de semences à la ferme. Ceci passe par l'expérimentation afin d'acquérir des données sur les variétés de population ainsi que sur les techniques paysannes de sélection. Ces expérimentations sont réalisées par les agriculteurs partenaires, en conditions réelles de culture, dans une logique de recherche et de sélection participative (plus de 250 agriculteurs impliqués en 2010). La totalité des essais en grandes cultures (maïs, tournesol, soja,…), sur plateformes et dans les fermes, sont conduits sans irrigation. Les observations et résultats enregistrés depuis les débuts du programme montrent que les variétés de population sont moins sensibles au stress hydrique que les variétés du commerce témoins. De plus, les parcelles de sélection implantées par les agriculteurs partenaires sont également réalisées sans irrigation afin de renforcer chaque année, au fil des ressemis à la ferme, la résistance de ces variétés à la sécheresse.

Ce programme mais aussi l'ensemble des actions menées par Bio d’Aquitaine s'attache à vouloir transmettre aux générations futures un patrimoine végétal reproductible, évolutif et économe en eau et en intrants ainsi que les savoir-faire indispensables pour garantir la sécurité et la souveraineté alimentaire des peuples.

Un exemple concret :
La variété paysanne de Soja Malandroa été sélectionnée par un agriculteur du programme sur une parcelle spécifique à la production de semences sans irrigation durant plusieurs années.
Le premier semis en sec a accusé une très forte chute de rendement : de 28qx/ha en irrigué à 8 qx/ha en sec. En 8 ans la variété s’est admirablement adaptée, produisant 23qx/ha en sec en 2003 (année de canicule). L’agriculteur a dès lors arrêté toute irrigation sur ses parcelles de soja. Depuis, les rendements en sec enregistrés fluctuent entre 22 et 28qx/ha avec un taux en protéines maintenu autour de 40%.

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes