semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Bulletins de liaison > Bulletin de liaison n° 31 > Brèves/ actualités
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Brèves/ actualités

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Téléchargement
Archives
Temps forts
Biodiversité
Les 27 et 28 octobre à Paris, DES ELUS SONT DEVENUS RECELEURS en acceptant des sachets de semences paysannes remis par le collectif "Semons la Biodiversité" !
Publications

A lire : Variétés paysannes de maïs et tournesol pour une agriculture écologique et économique, par le Réseau Semences Paysannes

APPEL « Semons la biodiversité contre le fichage et la privatisation du vivant »

Lors des conclusions du Grenelle de l’Environnement, Nicolas Sarkozy a promis la convocation d’un sommet international du Gène et de la biodiversité. Dès le mois de mai, ses services ont annoncé la tenue de ce sommet le 28 octobre 2008 à l’Unesco à Paris, pour « lancer la réflexion sur la réévaluation des protocoles ou lignes directrices d’évaluation des risques sanitaires et environnementaux liés aux OGM cultivés et auxOGM dits pesticides ». Cet événement vient d'être reporté sine  die. L’appel lancé début septembre pour dire non aux manipulations et au fichage génétique du vivant, oui aux droits  des paysans et jardiniers de conserver, utiliser, élever, échanger et vendre leurs semences et leurs animaux a été très largement signé en France et en Europe. Malgré la tentative de la présidence française de le supprimer, le DEBAT PUBLIC AURA BIEN LIEU à Paris les 27 et 28 octobre 2008. Ainsi les organisations signataires de cet appel organise un COLLOQUE le lundi 27 octobre de 14h à 18h, à Paris (Mairie du 2ème), suivie par une REUNION PUBLIQUE de 19h à 22h. Retrouvez et signez l'appel

 

les agriculteurs qui vendent leurs semences ou plants ne sont pas des delinquants

Le Groupement National Interprofessionnel des Semences et Plants sollicite depuis quelques temps les communes pour faire la chasse aux producteurs de plants vendant leur production sur les marchés sans lui payer une cotisation. Dans une réponse envoyée  aux Maires concernés, le Réseau Semences Paysannes dénonce cette tentative d'instrumentalisation des services publics communaux au profit de cette corporation d'entreprises privées. Les agriculteurs ont le droit d'écouler leur production sans changer de métier pour prendre un statut d'entreprise commerciale. La biodiversité cultivée n'est pas la propriété privée  des semenciers qui ne font que l’enfermer dans leurs banques de gènes : elle ne sera sauvegardée que si elle reste accessible au plus grand nombre pour être cultivée et renouvelée dans les champs et dans les jardins. Le Réseau Semences Paysannes demande aux communes de respecter le vote des parlementaires qui reconnaît les droits des paysans de conserver, utiliser, échanger et valoriser la biodiversité qu'ils cultivent. Consulter le courrier

 La biodiversité cultivée aura-t-elle le droit de sortir des boites de conserve ?

Après dix années de blocages procéduriers, la première directive européenne sur les « variétés de conservation » concernant les plantes agricoles a été publiée le 21 juin 2008 (2008/62/CE). Le gouvernement français a immédiatement transmis le dossier au Centre Technique Permanent des Semences, structure consultative largement dominée par l’industrie semencière. La diffusion de semences libres de droit n’est pas le souci principal de cette corporation qui vend des semences protégées par des Droits de Propriété Intellectuelle. En confiant à l’industrie la gestion de la conservation de la biodiversité dans les champs des paysans et le droit exclusif d'en diffuser les semences, le gouvernement renie les engagements pris au Grenelle de l’environnement en faveur de la biodiversité. En 1992, les gouvernements de la planète réunis à Rio de Janeiro ont signé une convention appelant à une mobilisation urgente pour sauver la diversité biologique. La biodiversité des plantes cultivées ne peut survivre provisoirement dans les banques de gènes où elle a été stockée que quelques années au prix d’efforts financiers que plus personne ne veut assumer. Elle ne peut se conserver durablement que si elle est cultivée dans les champs des paysans. Mais le catalogue destiné à favoriser le « progrès génétique » des variétés de l’industrie semencière l’a rendue illégale et elle a disparu au cours des cinquante dernières années. C’est pourquoi dès 1998, la Communauté Européenne proposait aux états membres de mettre en place des mesures spécifiques permettant la commercialisation des semences de variétés de conservation ou destinées à
l’agriculture biologique. Consulter ce communiqué.

 

Film « Sans terres et sans reproches »

Un voyage chez les paysans résistants du Quercy, au coeur du parc Naturel des Causses, à l'heure de la mondialisation, de l'industrialisation de l'agriculture et de la baisse du nombre d'installation agricole. Qui se cache derrière nos assiettes et qui s'installe ? Rencontres locales pour le constat d'une guerre mondiale… Un bon de souscription est en cours jusqu'en décembre 2008 (17 € frais de port compris, renseignements : Stéphanie 05 65 50 10 28,courriel)

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes